fbpx
You are here
Home > ACTUALITES > Messi, à l’âge du Christ…

Messi, à l’âge du Christ…

Lionel Messi fête ses 33 ans ce 24 juin 2020. Oui. La Pulga célèbre ce nombre symbolique sur une victoire in extremis la veille avec le FC Barcelone en Liga (1-0) contre l’Athletico Bilbao, grâce à un but d’Ivan Rakitic dont il est le passeur décisif, pour la 250e fois avec le club catalan. 

Machine à buts, dribbleur, passeur, détonateur, créateur et finisseur, Lionel Messi nous fait rêver depuis plus d’une décennie. C’est le génie dont le foot avait besoin. Son destin, son patronyme, le fils de Rosario était prédestiné à la gloire. Laquelle est auréolée de statistiques stratosphériques. A 33 ans, rien ne laisse présager que le sextuple ballon d’or rendra son tablier bientôt. Ses récentes performances ne sont certes pas celles de ses vingt ans, mais l’argentin s’est bonifié ces dernières années. Conscient de ses limites, il déambule dans les champs de jeu avec perspicacité, pour trouver la faille, le bon timing, accélérer et offrir le spectacle. 

A 33 ans, seul le parcours avec l’Argentine contrebalance son bilan. Il lui a été demandé de mener son équipe nationale vers la terre promise. Il lui a été demandé, comme le Christ, de se sacrifier, pour son peuple assoiffé de titre. Il lui a été demandé de porter un lourd héritage du génie de Diego Maradona qui avant lui, avait gravé son nom sous les couleurs nationales. 

33 ans ! L’âge de toutes les épreuves, dit-on dans la croyance populaire. Parce que le Christ a porté sa croix avant d’être crucifié à cet âge. Messi a vécu sa poisse en une finale de coupe du monde et deux finales de Copa america. C’est aussi l’année de tous les accomplissements. A 33 ans, Messi a tout fait. Pas assez fait. Le débat est presque clos. Que lui reste-t-il à prouver, sinon ce trophée avec ce pays qu’il a quitté depuis l’adolescence, mais qui lui colle encore à la peau? Peut-il encore nous épater avec ses dribbles, ses déviations, ses coups de pied arrêtés en finesse, ses passes radieuses?

Cette génération peut s’estimer heureuse d’avoir vu un génie parmi d’autres. Comme celle qui a vu Luis Nazarrio ( Ronaldo), Van Basten, Maradona, Pelé… 

Longue vie au génie! 

Similar Articles

Laisser un commentaire

Top